Tapez pour rechercher

RDC: Le chien de garde des finances publiques interrogé sur une enquête de plus de 100 millions de dollars

Partager

Le responsable de la surveillance des finances publiques de la République démocratique du Congo (RDC) a été arrêté samedi pour interrogatoire pendant plusieurs heures. Il a évoqué des mesures de rétorsion à la suite d’enquêtes menées par son bureau sur les dépenses de hauts responsables du gouvernement.

Sylvain Kasongo, le chef de la police de la capitale, Kinshasa, a confirmé à Reuters que l’inspecteur général des finances, Victor Batubenga, et l’un de ses collègues avaient été détenus pendant plusieurs heures avant d’être libérés.

Il a déclaré que les arrestations concernaient «des questions de droit commun», mais a refusé de préciser.

Le bureau de Batubenga a enquêté sur une ligne de crédit de 100 millions de dollars ouverte par la banque centrale en mai sur ordre du ministre de l’Economie par intérim de rembourser les distributeurs de carburant, selon un rapport publié en juillet par son bureau.

Le mois dernier, l’agence nationale de renseignement a également ordonné aux auditeurs de vérifier les dépenses du gouvernement intérimaire en place depuis l’investiture du président Felix Tshisekedi en janvier.

Depuis son entrée en fonction, M. Tshisekedi a promis de mettre un terme à la corruption qui, selon lui, a proliféré au cours des 18 années de mandat de son prédécesseur Joseph Kabila.

Des groupes de la société civile ont cependant accusé son administration de dépenses excessives, accusations qu’il a démenties.

Dans une interview avec Radio France Internationale, Batubenga a déclaré qu’après son arrestation avec un collègue par la police, il avait été arrêté par un assistant du conseiller à la sécurité nationale de Tshisekedi, François Beya.

“L’aide (à Beya)… a dit que mon travail posait des problèmes”, a déclaré Batubenga. Il a ajouté que l’assistant avait également proféré des menaces contre lui et sa famille. Ni le porte-parole de Beya ni celui de Tshisekedi n’ont pu être contactés immédiatement pour commentaires.

Le cabinet provisoire est constitué en grande partie de membres du gouvernement final de Kabila. Les nouveaux ministres ont finalement été nommés la semaine dernière et devraient être assermentés cette semaine.

Le rapport des auditeurs de Batubenga en juillet indiquait que le ministre de l’Economie par intérim, Henri Yav, avait ordonné que 15% de la ligne de crédit de 100 millions de dollars soit versée sur un compte bancaire contrôlé par le comité gouvernemental chargé de surveiller les prix du carburant.

Il a déclaré que l’argent “ne profitait pas à l’État” et a appelé le gouvernement à expliquer comment cet argent était utilisé. Yav n’était pas immédiatement disponible pour commenter.

La commande du service de renseignement du mois dernier indiquait que l’audit des dépenses du gouvernement depuis janvier était requis «pour des raisons urgentes de sécurité de l’État», sans plus de précision.

Lire aussi: La Mise au point du Gouverneur Jacques Kyabula à TV5 monde

Facebook: Actus7.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

EnglishFrench